DSI infirmier libéral

La DSI de l’infirmier libéral est décédée depuis avril 2022.
Il s’agissait d’un programme personnalisé, incluant des soins d’hygiène, de prévention et d’éducation du patient.
Mais aussi le développement d’un relationnel suivi avec son entourage éventuel.
Et les différents intervenants sociaux et paramédicaux, et bien sûr, le médecin prescripteur.

Attention la DSI a commencé par être remplacée au profit du BSI ou Bilan de Soins Infirmiers depuis 2020.
A lire notre article sur l’avenant n° 6 à la convention nationale des infirmiers.

A la lecture de cet article, vous lirez une baisse très importante des cotations des actes infirmiers.
Et pourtant, cet avenant a été voté par les 2 plus grands syndicats d’infirmiers libéraux et représentatifs de la profession.

 

Vous établissez un bilan infirmier complet

Concernant l’évolution de l’état de santé de votre patient et de sa dépendance.

Vous pouvez définir tous les AIS, mais il vous faudra une prescription médicale pour tous les éventuels AMI.

A lire notre article sur le tiers payant généralisé.

Pour les AIS, vous pouvez ainsi proposer des actes curatifs contre la pathologie et sa provenance et pour tenter d’en limiter ou d’en suspendre ses conséquences.
Vous pouvez également proposer des actes préventifs pour combattre l’apparition d’une pathologie et ses conséquences.

 

Basée sur une prescription médicale, la DSI infirmier libéral relève de sa responsabilité

La première ne nécessite pas la signature du médecin, mais en cas de renouvellement (maximum 4), il la faudra systématiquement.

Il y a donc 5 D.S.I. annuelles par patient, sachant qu’une D.S.I. ne peut durer plus de 3 mois, autorisées et remboursées par la C.P.A.M..
Vous pouvez facturer la première à 15 € et les 4 suivantes à 10 €. (voir notre article sur la cotation des actes).

– Dans les faits, il ne faut pas moins de 3 formulaires distincts au départ.
Le médecin généraliste prescrit une D.S.I. pour un patient, parce que celui-ci a besoin d’un(e) I.D.E.L pour gérer et faire évoluer si possible son état de santé.

A la suite d’un bilan médical, il établit la D.S.I. Prescription, via le formulaire S3740 n° C.E.R.F.A. 12102*01, et la remet à son patient.
Ce dernier la transmet à l’infirmière ou à l’infirmier de son choix.

– Par la suite, l’ I.D.E.L doit proposer une prescription, en fonction de son analyse du patient et de ses besoins.
Il s’agit de mieux définir et planifier les objectifs, via le formulaire S3741 n° C.E.R.F.A. 12103*01.

– Enfin, l’ I.D.E.L va transmettre sa prescription, la synthèse des problèmes et des solutions proposées via la D.S.I.
Résumé du formulaire S3742 n° C.E.R.F.A. 12014*01.
A soumettre donc à l’approbation du médecin généraliste.

Dans la réalité, cette procédure semble lourde et compliquée.
L’ I.D.E.L court toujours après le médecin surchargé et pas toujours disponible, pour obtenir sa signature.
Même si l’idée de départ est bonne, sa concrétisation est « énergivore et gourmande en démarches ».

 

Le rôle premier du soignant, c’est de soigner

Mais pas de faire encore et toujours plus de paperasse.
Mais le système de santé fonctionne vers sa  propre destruction depuis plusieurs gouvernements et décennies.

 Pour toute info sur la D.S.I. et maintenant le B.S.I.: ameli.fr

Olivier Luck