Retraite de l’infirmière libérale

Au regard de l’état de santé de votre système de retraite et du fonctionnement de la CARPIMKO.
Il est vital pour les infirmiers libéraux de se constituer eux-mêmes leur propre retraite et surtout de le faire le plus vite possible.

La retraite des infirmier(e)s en libéral

– En doutez vous ? Voici un tableau comparatif entre la retraite d’une infirmière libérale et celle d’une salariée à revenu identique.
Ils ont tous deux 40 ans en 2022 et prennent leur retraite intégrale à 67 ans.
Attention, pour toucher l’intégralité de la part de retraite complémentaire, il faudra bien attendre cet âge pour l’instant.

Certes la cotisation retraite de la CARPIMKO est plutôt conséquente pour les IDEL. En tant qu’indépendant, vous cotisez seul pour votre retraite.

– Une infirmière salariée en fin de carrière avec un revenu mensuel à 3000 €, peut espérer une retraite à 2500 € par mois.
Soit une perte mensuelle de 500 €.
Une infirmière libérale avec le même revenu mensuel à 3000 €, peut espérer une retraite à 1500 € par mois.
Soit une perte mensuelle de 1500 € ou 50 % de vos revenus

– Comparez maintenant avec un(e) IDE salarié(e) : entre les parts salariales et patronales, la cotisation globale est multipliée par 2 à 2,5.
Ainsi la perte de revenu à la retraite pour les libéraux est beaucoup plus importante, car les montants de cotisations sont moindres par rapport aux salariés.

C’est sans appel. Les IDEL doivent vraiment faire eux mêmes des investissements en parallèle au régime obligatoire. C’est une question de survie !!!

 

La retraite complémentaire en Loi Madelin

– Nombre d’IDEL ont signé un contrat de retraite complémentaire en Loi Madelin.
Voici l’exemple d’un infirmier libéral de 45 ans, qui prendra sa retraite à 67 ans.
Dont les revenus annuels sont de 36000 € et ceux de son conjoint de 24000 €.
En versant 250 € tous les mois sur sa Loi Madelin (coût réel 200 € en tenant compte de la réduction d’impôt).
Le complément retraite obtenu serait de 250 € en moyenne. Cette somme étant réversible au conjoint survivant en cas de décès.

– Cependant, le jour du départ à la retraite, le contrat Madelin prévoit un versement sous forme de capital.
Si le montant estimé de la rente avant la liquidation de la retraite est inférieur à un seuil réglementaire de 100 € mensuel.
Cela permet d’éviter de toucher une petite somme versée chaque mois pendant 20 ou 25 ans et de privilégier un capital immédiat plus important.

– Vous pouvez utiliser votre placement comme il vous convient, ou presque.
Selon l’article 160-2 du Code des assurances, cette possibilité reste à la discrétion de votre assureur et n’est donc pas obligatoire.
Le risque se limite à une petite rente viagère et aucun capital disponible.
Au décès du couple, il n’y aura aucun patrimoine transmis aux enfants.

 

Une alternative à la retraite de l’infirmière libérale

– Que doivent faire les infirmières et les infirmiers libéraux face au désastre du régime CARPIMKO ?
Lequel compense par ailleurs les caisses déficitaires des assureurs ou des notaires, entre autres.

– Voici une comparaison de placement.
Avec le même effort d’épargne mensuel de 200 € entre le contrat retraite en Madelin.
Et un investissement en location meublée (LMNP), par exemple une chambre en EHPAD ou un studio en résidence étudiante.

En Loi Madelin, le complément retraite mensuel moyen se situe à 250 €, mais aucun patrimoine ni héritage.
En LMNP, le complément retraite mensuel moyen peut grimper à 400 €, avec un appartement disponible à votre patrimoine.
Mais également un héritage pour vos enfants.

– Il existe des solutions pour éviter de mettre « tous ses œufs dans le même panier » et pour dégager un peu de trésorerie.

Pour vous aider à trouver votre solution, je vous propose de me contacter sur le site retraiteetpatrimoine.fr .

Patrick LEGOFF, société AUDIT ET SOLUTIONS 31
06 69 39 55 40