Accident exposant au sang

L’accident exposant au sang, un risque professionnel.
Il se définit en cas de contact d’un IDEL (par exemple) avec du sang ou tout produit en contenant.
A considérer également tous les liquides biologiques pouvant contenir des parasites, champignons, bactéries et des virus.

Un soin effectué à domicile ou au cabinet, un risque de contamination pour les IDEL

D’après l’Union Régionale des Professions de Santé (ou URPS), 62 % des IDEL en ont déjà été victimes au moins une fois.
Soit par effraction cutanée, soit par projection sur une muqueuse ou sur une lésion de la peau.

Lorsqu’une infirmière libérale ou un infirmier libéral (installé ou remplaçant) est victime de ce type d’accident, il convient:

Si vous êtes éventuellement déjà contaminé, ne prenez pas le risque de contaminer d’autres patients.

ET PENSEZ A VOUS AUSSI!

 

Ce risque sur le VIH le VHB et le VHC

Il peut être engendré par contact percutané, muqueux ou sur une lésion de l’épiderme.

Quelques rappels s’imposent.

– Depuis le 15 septembre 2015, l’Autotest du VIH est en vente libre et sans ordonnance, en pharmacie ou sur internet.
Son prix actuel se situe entre 20 à 40 € et vous permettra surtout d’avoir une réponse rapide.

– Bon à savoir VIH INFO SOIGNANT de 9 à 21 heures, 7 jours sur 7 au 0810 630 515.

– Pour savoir également les coordonnées du centre d’accueil potentiel le plus proche SIDA INFO SERVICE au 0800 840 800.

– Dès que vous le pouvez: nettoyez (eau et savon), rincez en abondance et désinfectez (Dakin, Bétadine, alcool à 70°) votre plaie sans la faire saigner.
Ou alors, rincez en abondance (eau et sérum physiologique) la muqueuse concernée, en cas de projection.

– Dans les 4 heures qui suivent l’AES (idéalement dans l’heure), le médecin de l’hôpital devra mettre en place en urgence tous les tests rapides de dépistages.
La détermination précise du risque infectieux, le suivi sérologique et les traitements appropriés, voire de l’opportunité de débuter un traitement prophylactique.
Avec une réévaluation systématique dans les 48 à 72 heures.

Il est important de prévoir en urgence un prélèvement sanguin sur tube sec du patient source d’éventuelles infections.
Afin d’établir son bilan sérologique (à vérifier en urgence l’infection VIH et les statuts VHC et VHB).

Si ce dernier refuse, ce qui est son droit, il faudra alors le considérer comme infecté à priori.

– Dans les 24 heures qui suivent l’AES, l’infirmier libéral devra effectuer une déclaration d’accident du travail au centre de sécurité sociale et à son assureur.
Si vous avez prévu une couverture privée. Mais attention, votre régime de protection de santé de base ne couvre pas le risque professionnel.

Source : geres.org

 

IMPORTANT : Il vous faut souscrire une A.V.A.T.

Afin de limiter les carences dramatiques du régime de la protection sociale des IDE libéraux (régime des Praticiens Auxiliaires Médicaux Conventionnés ou P.A.M.C).
Cliquez sur le lien ci-après; il s’agit de notre article qui vous explique ce qu’est l’Assurance Volontaire de l’Accident du Travail pour l’IDEL.

A savoir également tout ce qui concerne les assurances des infirmiers libéraux.

En cas d’AES et dans l’attente de vos sérologies:
il est recommandé de ne pas donner son sang, d’avoir des rapports sexuels protégés.
Et de porter impérativement des gants lors de la reprise de votre activité professionnelle.

 

Pour conclure les 10 mesures pour prévenir l’AES :

– Vérification de la vaccination normalement obligatoire contre l’hépatite B.

– Port de gants à usage unique.

– Utilisation de matériel médical sécurisé et adapté aux gestes de soins.

– Pose de l’objet piquant ou tranchant souillé dans un conteneur ou un collecteur certifié DASRI (voir article) adapté à proximité immédiate.

– Ne pas recapuchonner une aiguille ou un trocart.

– Possession d’un flacon de DAKIN ou équivalent dans votre malette de soins.

– Connaissance de la conduite à tenir en cas d’AES.

– Connaissance du téléphone de l’établissement référent le plus proche de votre secteur d’activité.

– Participation si possible aux formations des laboratoires sur l’évolution des nouveaux matériels sécurisés.

– Ne surtout pas rester isolé car risque de minimisation de l’impact psychologique en cas d’AES.

 

Olivier Luck