Adieu infirmière libérale

L’article « Adieu infirmière libérale » est un hommage aux infirmier(e)s qui exercent leur métier seul(e)s.
Sur le terrain, en direct et sans « protection ».

Elles n’étaient pas forcement connues et célèbres

Elles n’étaient pas intéressantes pour nos technocrates bien-pensants.
Qu’ils soient français ou européens, ceux sont les mêmes.
Ces derniers ont plus à cœur de multiplier de nouveaux textes de lois, ce qui augmentent le temps administratif des soignants.
Au détriment du temps de soin.

Que dire de nos médias mainstream en général (à quelques rares exceptions) ?
Ils sont plus soucieux de parler de la « vilaine » infirmière libérale qui a « truandé » la Sécurité sociale.
Afin de mieux développer leur audience et la vente de leurs feuilles de choux.

Dans l’indifférence générale

Voici 2 exemples pour « l’Adieu infirmière infirmière libérale ».

C’était une infirmière libérale, Madame Mireille Schmitt assassinée par son patient avec une arme à feu.
Elle était à son domicile pendant sa tournée, en ce 20 juillet 2014 à Strasbourg.

Ma pensée également pour Madame Karine Foucher, infirmière libérale installée dans le Loiret.
Présidente départementale de FNI et cliente depuis plusieurs années de Contact Libéral Evolution.
Elle a été sauvagement assassinée le 21 octobre 2019 par 2 toxicomanes, qui ont fait irruption chez un patient.

Régulièrement, les soignants, toutes professions confondues, doivent faire face à toute forme de violence.
Agression, persécution, blessure, insulte, assassinat au sein d’une société qui ne cesse de se dégrader.
Parce qu’elle n’est pas capable de considération, ni de compassion et encore moins de trouver des solutions concrètes.
A l’image de tous les gouvernements qui se sont suivis depuis des décennies.

A lire notre article sur relation idel patient.

Pas de démagogie, pas de récupération, certaines institutions et personnalités officielles s’en sont déjà chargées et s’en chargeront encore.
Mais juste un cri d’alarme de plus dans notre beau pays en pleine dégénérescence.
Où il devient de plus en plus fréquent d’agresser des personnes, qui passent leur vie au secours des autres.

Le temps passe, les victimes se succèdent et l’inaction demeure.
Un silence continu et assourdissant.

Une pensée pour elles.
Des pensées pour celles et ceux qui s’occupent d’autrui.
Et qui ne passent pas tout leur temps sur les plateaux de télévision, à développer mensonges et manipulations.

J’adresse toutes mes condoléances aux familles et aux proches.

Olivier Luck.