Compte bancaire des IDEL

Vous passez au Centre de Formalité des Entreprises (ou CFE) de l’URSSAF de votre région, pour vous déclarer en tant qu’infirmière libérale ou infirmier libéral.
Il y a bien sûr la CPAM et le conseil départemental de l’ordre également.
Que vous soyez installé, collaborateur ou remplaçant, vous êtes alors considéré comme un créateur d’entreprise.
Qui dit entreprise, dit compte dédié à cette activité professionnelle.
d’où le fameux compte bancaire des IDEL.

 

Avis aux nouveaux IDEL, il est impératif d’ouvrir un second compte bancaire

Effectivement, vous vous retrouvez simultanément, chef d’entreprise et en entreprise individuelle libérale.
Pour rappel, et c’est très important pour le début de votre exercice libéral.
L’argent que vous allez gagner est du chiffre d’affaires brut et ne constitue donc pas votre salaire direct.

– Pour le compte bancaire des IDEL, au delà d’une obligation légale, il s’agit d’un conseil incontournable.
Celui ci pourrait venir d’une Association de Gestion Agréée (ou AGA de l’IDEL).
Ou d’un cabinet expertise comptable pour l’IDEL.
Cela parait logique, car il sera toujours plus aisé de faire ou de « faire faire par un tiers », votre comptabilité sur un compte spécifique dédié.
Plutôt que sur votre compte courant.

 

Il est important de ne pas mélanger les différentes opérations bancaires

En fonction de leurs natures et des règles comptables et fiscales.

Ce serait une source d’erreur potentielle quasi inévitable entre les dépôts, retraits, virements, prélèvements, cartes Bleues et chèques.
Ce que nous faisons tous, à titre aussi bien personnel, que professionnel et que mixte.

Vous conservez votre compte habituel, car il vous servira toujours de compte personnel.
Et vous ouvrez un second compte avec chéquier et carte Bleue, au sein de l’établissement bancaire de votre choix.
N’hésitez pas à effectuer des comparatifs sur internet.

– En ce qui concerne le fonctionnement de ce binôme, c’est très simple.
A l’encaissement de vos premiers honoraires sur votre compte n°2, vous pourrez vous en servir pour régler vos dépenses professionnelles d’IDEL ou mixtes.
Telles que les cotisations URSSAF et CARPIMKO, l’achat de matériel…
Voir la répartition partielle perso et pro ou répartition intégrale d’une même facture.

Il est conseillé de toujours laisser au moins la moitié de ce que vous gagnez.
Soit 50 % du chiffre d’affaires brut que vous avez encaissé sur votre deuxième compte.
L’autre moitié peut être transféré sur votre compte personnel, et fera office de rémunération : ce sera l’équivalent de votre « salaire ».

Prenez cette habitude et gardez la, tant que possible : vous pourrez ainsi limiter les mauvaises surprises du genre régularisation de charges sociales.
A la fin de la période forfaitaire et en début de régularisation de URSSAF et de CARPIMKO, ou plus simplement, en cas d’achat imprévu.

– Pour conclure avec sagesse:

Soyez d’abord gestionnaire, plutôt que déficitaire et à découvert.
Soyez plus fourmi que cigale, surtout de nos jours !

Olivier Luck