Loi Madelin pour IDEL

La loi Madelin pour IDEL est un dispositif fiscal, accessible à tous les Travailleurs Non-Salariés.
Cependant certains d’entre eux seront susceptibles de vous intéresser un jour ou l’autre.
La loi n° 94-126 du 11/02/1994, reprise par l’article 154 bis du Code Général des Impôts dite « Loi Madelin ».
Monsieur Alain Madelin, libéral, plusieurs fois ministre entre 1986 et 1995.

Cela représente des produits d’assurances privées (régime facultatif) déductibles du revenu imposable.
Mais pas du résultat social qui permet de calculer et de régulariser vos cotisations de régime obligatoire, ni des taxes obligatoires.
Vous pouvez souscrire à votre convenance, et ce, dans une certaine limite malgré tout.
Par rapport à vos besoins (détermination de vos priorités) et à vos revenus (plafond fiscal).

 

La retraite complémentaire peut être en loi Madelin pour l’IDEL

A lire notre article sur la CARPIMKO, retraite obligatoire des infirmiers libéraux.

La retraite complémentaire , existe sous 3 types de support différents.

– Le plus usité est le multi-support qui répartit votre investissement sur différentes actions plus ou moins à risque en euro.
C’est censé être le plus dynamique au long cours mais plus volatil en fonction des aléas boursiers.

– Le plus prudent est le mono-support avec un investissement sur un seul fond en euros.
Peut être moins performant dans l’absolu, mais plus régulier dans le temps.

– Le plus utilisé est un contrat en points retraite, dont la rémunération augmente avec la valeur.
Une proposition comparable avec le système de retraite obligatoire, mais il y a un manque de transparence et donc, de visibilité à long terme.

A noter, que ce type de contrat peut être optionnellement assorti d’une garantie de prévoyance.
Pour la prise en charge des cotisations en cas d’arrêt de travail, d’invalidité ou de décès.

– En bref, votre cotisation est fiscalement déductible, mais vous paierez quand même les charges sociales correspondantes.
Du moins tant que vous êtes encore en activité.

– Le reversement à l’âge du départ prévoient un versement sous forme de capital, soumis à l’impôt sur le revenu
Seulement si le montant estimé de la rente, avant la liquidation de la retraite, est inférieur à un seuil réglementaire.
Depuis, le 1er juillet 2021, ce seuil a été porté à 100 euros par mois.

C’est pour éviter de toucher une petite somme pendant 20 ans ou plus, et de privilégier un capital important et sans plus de délai.
Toutefois, selon l’article 160-2 du Code des assurances, cette possibilité reste à la discrétion de votre assureur et n’est donc pas obligatoire.

 

La complémentaire santé, en loi Madelin pour l’IDEL

La complémentaire santé (ou mutuelle), permet de compléter les lacunes du remboursement du régime obligatoire.
Pour les médicaments, les soins et les consultations et voire même pour des actes non remboursés par la sécurité sociale.

Il existe 2 types de contrats.

– Le contrat individuel pour vous assurer ainsi que vos ayants droits.
Si les membres de votre famille dépendent du régime général de la sécurité sociale, leur part de cotisation ne sera pas déductible.
Ce type de contrat permet également de personnaliser vos remboursements en fonction de vos besoins les plus importants.

– Le contrat de groupe a une cotisation intégralement déductible même si les ayants droits ne dépendent pas du même régime.
Pas de personnalisation possible, c’est un contrat de groupe.
En clair, avec une seule cotisation, plus votre famille est grande, moins vous payerez cher par personne.

La cotisation est déductible et le remboursement des prestations n’est pas imposable: que du bonheur !

 

L’assurance perte de revenu ou d’exploitation de l’IDEL

L’assurance perte de revenu ou d’exploitation.
Pour la garantie en cas de dégradation du local professionnel ou de la prise en charge des charges fixes de fonctionnement du dit cabinet.
Le remboursement est plafonné en fonction du plafond de la sécurité sociale (modifié 1 x par an) et de vos revenus déclarés.
La cotisation est toujours déductible, mais les indemnités éventuellement versées sont imposables.
Dans la catégorie des pensions et rentes viagères et sont assujetties à la CSG-CRDS.

 

La prévoyance de l’infirmière et de l’infirmier en libéral

A lire notre article sur le régime invalidité décès des IDEL.

La prévoyance, c’est l’apport d’indemnités journalières pour arrêt de travail et invalidité, et ou un capital décès.
L’objectif, là aussi, est de combler les lacunes du régime obligatoire, mais sans pour autant dépasser vos revenus.
Ce contrat se personnalise en fonction des éventuels renforts, dont vous estimez avoir besoin.

Voici les 3 applications de cette prévoyance.

– L’indemnité journalière vous assure une garantie de ressource.
Elle fait suite à une incapacité d’exercer votre métier par un accident ou une maladie.

Le versement s’effectue avec un délai de carence en nombre de jours ou franchise (jours non indemnisés).
Ce que vous souscrivez à la signature du contrat, en fonction de l’origine de la raison de votre interruption d’activité.
En clair, plus la franchise est longue, plus la cotisation baisse et inversement.

A déterminer également à la signature, la durée d’indemnisation, sachant que plus celle-ci est courte, plus la cotisation baisse et inversement.

– La « garantie invalidité » vous assure le revenu souhaité et possible en cas d’arrêt définitif de votre activité.
Suite à une invalidité permanente partielle ou totale.
Le taux de la rente que vous toucherez, sera donc au prorata de votre taux d’invalidité et des clauses de votre contrat.

– La « garantie décès » assure à votre ou vos bénéficiaires un capital, versé sous forme de rente pendant une durée de 5 à 15 ans suivants les options retenues.
Le capital peut être doublé en cas d’accident. Attention aux exclusions (mort par suicide par exemple).

Pour finir, il existe aussi les rentes « conjoint » et « éducation ».
Elles sont versées en cas d’invalidité totale et définitive de l’assuré, elles assurent une rente pour le conjoint et le ou les enfants à charge.

 

Pour conclure, à lire les assurances de l’infirmière et de l’infirmier en libéral

Toutes les compagnies d’assurances vous proposent aujourd’hui ce type de produit, alors renseignez vous bien.
Surtout, calculez vos besoins en fonction de vos revenus et comparez toutes les clauses et toutes les garanties.
Sans oublier, toutes les exclusions et toutes les carences des solutions proposées.

Prenez toujours le temps de la réflexion avant de signer, même si la ou le commercial a l’air super sympa!!!

Olivier Luck